COLLABORATIVE ECONOMY & PARTICIPATIVE FUNDING (CROWDFUNDING)

 

GETTING TO KNOW THE PARTICIPATIVE FUNDING PLATFORMS, BROWSERS OF HUMAN ACTIVITIES AND ENDEAVOURS 

 

Using as a reference the article of the French magazine "ça m'intéresse" (October 2014, No 404) which is available from the pressbook of Wiseed at this link, here are some examples of the article or similar ones from four different participative funding sites.

The Observation Chamber of a Marine Station

http://www.kisskissbankbank.com/en/projects/the-eye-of-seaorbiter

(Note that you can change the language by clicking on EN)

This example is interesting as it illustrates the seed funding model. Note: Funding is required for the entire station but it was decided to appeal to the general public for the observation and communication chamber, which will provide information for all scientific activities. 

The rational of seed-funding would be the following: An important project may receive many donations. In the absence of advertising, donnation popularity is a criterion that is likely to attract the attention of a business angel that searches projects which are worth funding. It could also attract state funding.

 

 

Renovation of a monument or a metro/train station

Similar to the example of the renovation of a monument mentioned by the magazine, here is the renovation of a train station

http://www.ulule.com/gare-lisch/

 

Antibiotic

http://www.antabio.com/first-successful-round-of-crowdfunding-applied-to-biotech-start-up-financing/

https://www.wiseed.com/fr/startups-financees/

 

Marine current power turbine

https://www.anaxago.com/Investir-startup/Tidalys

Tidalys développe, industrialise et commercialise Electrimar, sa turbine flottante aux performances uniques.

Cette turbine permet de capter l'énergie des courants marins et de la convertir en électricité. Cette énergie, dite hydrolienne, est étroitement liée aux cycles lunaires. Ainsi, elle constitue une resource infinie et hautement prédictible, à l'inverses des énergies solaires ou éoliennes.

 

 

COLLABORATIVE ECONOMY

 
Peer-to-Peer Economy, Sharing Economy
 
From the french magazine Socialter No6 (august-september 2014)
 
Collaborative Economy: We remake the world
(series of 9 articles, written with the participation of the collaborative non-profit organization OuiShare)
 
As mentioned in Clarisse Briot's article, the collaborative economy is frequently classified in the same familly as the social and solidary economy. According to the journalist: "the one has the legitimacy of its advanced age and the rigour of its principles and the other the inventiveness of its youth and the flexibility of its tools”
 
 
 
Some examples:
Carpool-Rideshare (BlaBlaCar), crowdfundind (KissKissBankBank) and solidary financing, tourism at the inhabitant (Airbnb), Fab Lab do-it yourself (fabrication lab)
 
 
From the interview of Arthur de Grave (Ouishare) with Arun Sundrararajan (Economist, Professor at the University of New York)
“…I think that we will see new economic actors appearing. The platforms of the sharing economy of today as well as organizations such as Peers and OuiShare could very well be the embryonic forms.”
“These platforms are company-market hybrids.”
 
 
From the introduction 
The collaborative economy demonstrates an important growth: 48% of French people are using a collaborative economy practice; it is worth 3.5 billion dollars in the world…
 
From Arthur’s article “Communism à la cool?”
Uber is worth 17 billions of dollars, Airbnb, 10 millions of dollars and BlaBlaCar the made in France champion of carpool-rideshare announced a fundraising of 100 millions of dollars (or 73 millions of Euros), the most important ever to be made by a French start-up.
 
From Arthur’s interview with Arun
Arthur: Can collaborative economy contribute in solving increasing inequalities?
Arun: It is hard to say at this stage. The cooperatives are a way to go but I think that a more equal distribution of capital is not the only solution. Platforms are of course classic private companies, but they tend to share more the value that they are contributing in creating with their users, than what a classic company would. That is a good start.
 
But we can go further: today the people that adopt these new forms of sharing come from social-economic backgrounds that are more or less homogenous. Could we alternatively facilitate sharing between those that have a lot and those that have nothing? The risk of social explosion linked to inequalities must be taken seriously. But the inequality is not only a matter of income and assets, which are themselves just means. If we succeed in reestablishing equality in our life experiences, we would not have to go through the event of a revolution! This is for me the best promise of the sharing economy. 
 
 
 

ÉCONOMIE COLLABORATIVE

 
Économie de pair à pair, Économie du partage
 
Du dossier du magazine Socialter N°6 (août-septembre 2014) 
Économie Collaborative: On refait le monde
(realisé en partenariat avec OuiShare)
 
Comme mentionné à l'article de Clarisse Briot, l' économie collaborative est souvent classifiée à la même famille que l'économie sociale et solidaire. Comme dit la journaliste : « l'une a la légitimité de son grand âge et la rigueur de ses principes; l'autre l' inventivité de sa jeunesse et la souplesse de ses outils».
 
 
De quoi s'agit-il ? Quelques exemples :
Covoiturage (BlaBlaCar), crowdfunding (KissKissBankBank) et finance solidaire, tourisme chez l' habitant (Airbnb), Fab Lab bricoleurs (ateliers de fabrication).
 
 
De l'entretien d'Arthur de Grave (Ouishare) avec Arun Sundrararajan (Economiste, Professeur à l'Université de New York)
...je pense que nous allons voir apparaître des acteurs économiques d' un genre nouveau. Les plateformes de l'économie du partage d' aujourd’ hui ainsi que les organisations comme Peers ou OuiShare pourraient d'ailleurs bien être les embryons.
(…)
Ces plateformes sont des hybrides entreprise-marché.
 
 
De l'introduction du dossier
L' économie collaborative connaît aujourd' hui une forte croissance: pratiquée par 48% des Français elle pèse près de 3.5 milliards de dollars dans le monde....
 
 
De l'article de Arthur le Grave, « Le communisme à la cool ? »
Uber pèse 17 milliards de dollars, Airbnb, 10 milliards et BlaBlaCar le champion made in France du covoiturage annonce une levée de fonds de 100 millions de dollars (soit 73 millions d'Euros), l'une de plus importantes jamais réalisée par une start-up française.
 
 
De l'entretien d'Arthur de Grave (Ouishare) avec Arun Sundrararajan 
Arthur de Grave : L'économie collaborative peut-elle contribuer à résoudre  les inégalités croissantes ?
Arun Sundrarajan : Difficile à dire à ce stade. Les coopératives sont une piste mais je pense qu'une distribution plus équitable du capital n'est pas la seule et unique solution. Les plateformes sont certes des entreprises privées classiques, mais elles partagent d'or et déjà davantage la valeur qu'elles contribuent à créer avec leur utilisateurs que ne le ferait une entreprise classique. C'est un bon début.
   Mais on peut aller plus loin : aujourd’hui les gens qui s'adonnent à ses nouvelles formes de partage viennent de milieux socio-économiques plutôt homogènes. Pourrions-nous plutôt faciliter le partage entre ceux qui ont beaucoup et ceux qui n'ont rien ? Le risque d'explosion sociale liés aux inégalités doit être pris au sérieux. Mais l'inégalité n'est pas qu'une question de revenu et de patrimoine, qui ne sont que des moyens. Si nous parvenons à à remettre de l'égalité dans les expériences de vie, nous n'auront pas peut-être à passer par la case de révolution ! C'est là pour moi la plus belle promesse de l'économie du partage.  
 

 

 

 

THE BIGGEST CROWDLENDING PLATFORM STARTS TRADING IN WALL STREET

 

    The biggest (peer-to-peer) lending platform is the Lending Club, an American company based in San Francisco. It was set up in 2007 by Renaud Laplanche. Its board includes John Mack, a former boss of Morgan Stanley, and Larry Summers, a US Treasury former secretary. As mentioned in this Economist article, initially, lenders were the internet-browsing public, but now 75% of its lendings are offered by institutions. According to the same article, the bulk of its lending is for debt consolidation by credit-card borrowers. As it does not have branch infrastructure to pay for, it can offer credit rates that are lower than those of credit-cards. Citing the same article: “The growth of 'marketplace lenders', as the online nearly-banks now prefer to be called, has been exponential. Started in 2007, Lending Club is the biggest, facilitating over $1 billion in loans per quarter.” As mentioned in this 2013 Economist article, the Lending Club, as well as other firms of the lending sector, has survived and grown through the crisis.

    This week the Lending Club started trading in Wall Street. As mentioned in the discussion from the BFMTV Business french channel, it is remarkable that the company did not choose the NASDAQ stock market as would a start-up do, but instead chose the New York Stock Exchange, as a real industry. This shows that the LendingClub were able to transform a market, which is a financial industry, and which is a priori inaccessible, in a different way thanks to digital technology (internet platforms).

From the U.S. newspaper Daily News:http://www.dailynews.com/business/20141211/lending-club-online-startup-gains-56-percent-in-wall-street-debut 
...56 percent in its Wall Street debut, making the online lending startup one of the most valuable financial institutions in the country and positioning the once-rogue Internet lending sector to challenge the traditional banking industry.

From the 1st Economist article cited above:

FINANCE is seldom romantic. But the idea of peer-to-peer lending comes close. This is an industry that brings together individual savers and lenders on online platforms. Those that want to borrow are matched with those that want to lend. Banks and credit-card firms are kept out of the picture. Talk to enough people in the field and someone is bound to mention the “democratisation of finance”.
(...)
CommonBond, a start-up based in New York, is taking aim at another great lump of American household debt: student loans. By targeting MBA students and graduates, it can cream off a creditworthy population of borrowers with proven earning power and offer a lower interest rate than the government’s student loans.



 

CROWDFUNDING - FINANCEMENT PARTICIPATIF

 

Crowdfunding week: 8-14 december 2014

Crowdfunding: An example where the (french) legislator has sucessfully identified a strong social/collective initiative and has very quickly created the legislative framework to support it.

(Information in French below, English translation of selected comments in the text above)

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/sebastien-couasnon-les-experts-du-soir-14-1112-370694.html (après 3:20)

"En Europe nous avons un financement principalement bancaire ce qui n'est pas le cas aux Etats-Unis.Ils sont à l'avance aux financements alternatifs.(Philippe Gudin, Barclays Economist)"

« Lending Club, spécialiste des prêts entre particuliers a fait ces premiers pas à Wall Street ce jeudi »

Crowdlending - Fincancement participatif sous forme de prêts
Prêts avec intérêts
Les particuliers peuvent financer le porteur de projet pour un montant maximal de 1000€, par personne et par projet. La durée du prêt ne peut excéder 7 ans.


Lending clud: Peer-to-peer lending Prêt De particulier à particulier

Unilend: Prêt De particulier à l'entreprise

"Nous étions aujourd'hui à Bercy pour la deuxième assise du financement participatif et on a discuté entre autres de cela. LendingClub ont choisi de s'introduire pas au Nasdaq comme une start up, mais au New York Exchange comme une vraie industrie.

Ils ont montré qu'ils ont pu transformé un marché qui est l'industrie financière, qui est à priori inaccessible, d'une manière différente grâce notamment à la numérique."
 

 

 

 

 

INTERNATIONAL FESTIVAL OF COLLABORATIVE ECONOMY OuiShare FEST

20-22 May 2015 | Paris, France

 

OuiShare : Connecting the Collaborative Economy   ouishare.net/

http://ouishare.net/en/about/collaborative_economy

 

Excerpts:

"Since 2011, we have been developing a framework that explains and brings together different phenomena into one coherent vision."

 

The Sharing Economy aka Collaborative Consumption: (…) “swapping, trading, renting, borrowing or giving, fostering access over ownership and reducing waste.”

 

Open Knowledge : (…) “commons-based peer production (such as free software, the creative commons, open science, …) as well as open education, open data and open governance.”

 

Crowdfunding and Person-to-Person Banking

 

 

Makers, Open Design & Manufacturing :  (…) “tools, spaces, communities and marketplaces and are fueled by the maker movement, the culture of hacking and Do-It-Yourself (DIY).”

 

 

http://2015.ouisharefest.com/

Excerpts:

"OuiShare Fest is a three-day festival about the collaborative economy, taking place in Paris from May 20-22, 2015."

"In its 3rd year, the event will gather 1000 people to explore the future of movements such as collaborative consumption, open source, makers and fablabs, coworking, crowdfunding, alternative currencies and horizontal governance - movements that are transforming cities, organizations and civic action worldwide."

(…)

"Entrepreneurs and social innovators, non-profit and business leaders, grassroots activists and public officials are gathering in Paris to ask these questions together and look for possible answers. They are coming to debate, build and co-create the transition to a collaborative society. Will you join them?"

 

 

Socialter @Socialter

2015-05-20

 

Aujourd'hui débute la 3e édition du OuiShare Fest, le festival international de l'économie collaborative. Pour... fb.me/7o5yKFjdY

OuiShare Fest : Welcome - Glowbl | Get Together

Get Together -- Meet and share media content with others in real time, as well as sharing live events. On Glowbl, everything is live and each LiveStage is an interactive world where you can exchange...

 

 

 

 

INNOVATION MECHANISMS - CROWDSOURCING MECHANISMS

 

https://www.youtube.com/watch?v=tckBkpiV3l8

French narration over some English statements

 

(Viewed on French channel BFM Business – “Les Sagas des BFM Business”)
CROWDSOURCING MECHANISMS FOR THE INDUSTRY R&D

THE R&D DEPTS OF COMPANIES CANNOT COME UP WITH ALL THE INNOVATIVE IDEAS, E.G. THE NEW MATERIAL MOLECULES THAT WILL DRIVE INNOVATION
 
MECHANISMS THAT ENABLE A COMPANY TO PICK UP INNOVATION COMING FROM THE OUTSIDE
 
CASE 1. PROCTER AND GAMBLE CINCINNATI, OHIO, US
Video time point: ~3:15
 
Italian company creates new innovative deodorant molecule that neutralizes unpleasant odors
 
The Open Innovation department of Procter and Gamble buys it.
The director says that different kinds of commercial agreements can be offered.
60% of American companies use similar strategies
 
Dedicated Procter and Gamble platform:
http://www.pgconnectdevelop.com/
 
Citation “Open innovation, also known as crowdsourcing or co-creation, is a way for companies to harness the ideas and strength of people outside their organization to make improvements to internal processes or products.”
 
http://www.pgconnectdevelop.com/home/needs.html
"Could your innovation be a fit for one of P&G's innovation or partnership needs?"
 
"If a posted need looks like a match for your innovation, you can click on that need to go to our Innovation Portal and submit your solution for consideration by P&G."
 
Personal and Family Care Innovations | Beauty and Grooming Innovations | Household Care Innovations | Packaging Innovations
 


CASE 3. QUIRCKY, THE FACEBOOK OF INNOVATION, A COLLABORATIVE-INNOVATION PLATFORM
Video time point: ~13:50
 
https://www.quirky.com
 
 
https://www.quirky.com/shop/633-pivot-power-genius-smart-flexible-power-strip
Power strips that bend
 
Jake Zien, high school student invents power strips that bend and places invention on Quircky. The invention is commercialized.
 
The “Genius version” is app-enabled, meaning it can be switched on and off using the internet.
 
QUIRCKY TEAMS UP WITH GENERAL ELECTRIC
 

CASE 4. FRUGAL INNOVATION: SERVING THE MOST IMMEDIATE NEEDS
Video time point: ~20:30
 
SMS Banking Driving Innovation - Cf further down this page

 

 

 

 

L' ÉCONOMIE et LE POUVOIR LÉGISLATIF

 
 
L'Économie Sociale et Solidaire
 
 
Les économies peuvent être considérées comme ayant trois secteurs:
 
1. le secteur privé lucratif, composée d'organisations actionnariales appartenant à des individus, motivées par l'esprit d'entreprise individuel, une gestion patrimoniale des biens et/ou la recherche du profit ;
2. le secteur public, détenu par l'État ;
3. l'économie sociale, qui se définit en creux par rapport à ces deux premiers secteurs : il n'est pas public, et n'appartient pas à un nombre limité d'actionnaires. Par conséquent, il désigne un large éventail de groupes de bénévoles ou communautaires, et d'activités sans but lucratif.
 
Parfois, il est également fait référence à un quatrième secteur, le secteur informel, où les échanges informels ont lieu entre la famille et les amis.
 
 
 
 
Équitables Pionniers (The Rochdale Society of Equitable Pioneers) est une société coopérative fondée en 1844 en Angleterre, souvent considérée comme fondatrice du mouvement coopératif.
 
lien wikipedia
 
 
 
lien
 
 
infos du lien:
 
Un moteur pour l’emploi
 
L'ESS sur les dix dernières années: 440 000 emplois nouveaux, en croissance de 23%. 
Dans le même temps, l’ensemble de l’emploi privé n’augmentait que de 7 %.
 
D'ici 2020: 600 000 emplois à renouveler en raison des départs en retraite
 
Les effets de la crise se sont tout de même fait ressentir avec 26 000 emplois nets détruits dans les associations entre le 4e trimestre 2010 et le 2e trimestre 2011.

 

Croissance de l’emploi dans l’économie sociale et le secteur privé 2000-2010

 
 
 

 

Entretien de Hugues Sibille par Christelle Morel pour le magazine "Socialter" No 6

 

"La loi sur l'économie sociale et solidaire pose les bases d'un nouveau secteur"

"La législation pour définir un secteur"

"La loi relative à l'économie sociale et solidaire (ESS) devrait être adoptée le 21 juillet 2014. Ses 52 articles adressaient une par une les grandes familles traditionnelles de l'ESS (mutuelles, coopératives, associations, fondations) afin de clarifier leurs spécificités, leurs organes de représentation, et de faciliter leur financement ainsi que leur fonctionnement."

 

C.Morel: Selon vous, le projet de loi prend-il en compte toutes les composantes de la vaste famille ESS? 

H.Sibille: Le ministre délégué à l'ESS a travaillé pendant environ un an et demi sur une loi qui intègre les trois composants de l'économie sociale et solidaire. 

L'une d'elles, l'économie sociale, est basée sur les statuts, avec la mise en avant, dans les années 1980, des fonctionnement associatifs, coopératifs, mutualistes puis des fondations. 

Une autre, l'économie solidaire, est basée sur les valeurs et insiste, à partir des années 1990, sur la solidarité nécessaire vis-à-vis des exclus, des pays du Sud et des générations futures. 

La dernière venue, l'entrepreneuriat social, basée sur les pratiques, s'est développée à partir du début du XXIe siècle, lorsque certains entrepreneurs ont commencé à revendiquer les valeurs de l'ESS sans pour autant faire partie des acteurs traditionnels de ce mouvement. 

Pour parvenir à cette synthèse le ministre a été à la rencontre de toutes les grandes familles du secteur. 

Forcément il a dû faire des compromis. [Opinion de Hugues Sibille pas mentionné ici (...) ] attendre le texte final pour voir si le caractère inclusif de la loi - c'est-à-dire permettant aux entreprises sociaux d'y avoir leur place - ne sera pas limité par de nombreux critères.

 

 

 

Le microcrédit 

(commencement de la description à 8:05) http://www.youtube.com/watch?v=2sQWSdDpHCI&feature=SeriesPlayList&p=17286766BFEEA987

 

Un jour Muhammed Yunus s’arrêta sur une place de village pour demander à une femme qui fabriquait une chaise de paille pourquoi elle ne travaillait pas à son compte. Elle lui répondit qu’elle ne pourrait jamais rembourser les usuriers. « J’ai alors réalisé que le problème était énorme pour le village mais la solution était si simple. Tout ce que j’avais à faire, c’était de donner 27$ à 42 familles. Et ils seraient libres. »

 

« Les gens m’ont remboursé à 100%. »

"J’avais besoin d’une caméra pour enregistrer des instructions de santé pour les femmes de mon village. Ce prêt a changé tant de vies ! Maintenant il y a des femmes au Sénégal qui savent reconnaitre des symptômes, sans avoir jamais vu un médecin."

Sabine a été tellement inspirée par ces femmes qu’elle est retournée à l’école.

"Dans notre village nous n’avons qu’une moto pour tous nos transports en nous n’ avons pas de docteur. Sans docteur, nous devons conduire nos malades et les femmes enceintes à l’hôpital qui est très loin."

"J’avais besoin d’emprunter 150$ pour réparer la moto. Quand Peter a lu que je mettais des femmes enceintes de 9 mois à l’arrière d’une moto, il ne perdit pas un instant et me prêta la totalité immédiatement." 

"Quand mon mari a eu une crise cardiaque et ne pouvait plus travailler, il me fallait gagner de l’argent pour mes filles. J’ai fait une demande d’emprunt pour monter un stand des fleurs. Lisa me le prêta. Je la remboursai et dans la même année, j’envoyai ma fille ainée à l’école. Je réempruntai et ouvris un magasin plus grand. L’an prochain j’enverrai mes deux autres filles à l’école. Tout va tellement mieux maintenant. Merci, Lisa."

"J’avais besoin de 200 dollars pour approvisionner mon magasin de chaussures et nourrir mes filles. Mon amie Martha a entendu parler des inondations à mon pays et voulait faire quelque chose. Elle me prêta de l’argent pour réapprovisionner mon magasin endommagé. Quand je l’ai remboursée elle eut envie de s’associer. Maintenant elle fait partie de ma famille et envoie des photos à mes filles des images des dernières tendances."

"Soyons clairs. Le microfinancement n’est pas la charité. C’est la preuve que les gens pauvres sont la solution et non le problème."

 

 

 

Babyloan, "Je prête!"

 

http://www.babyloan.org/fr/accueil.html


Babyloan, Comment ça marche?

 

 Vous choisissez le ou les micro entrepreneurs que vous souhaitez aider, vous leur faites un micro-crédit, vous suivez votre argent et vous êtes remboursé!

 

 

Soirée "Génération Solidaire: réinventons, entreprenons!" Paris, 4 février 2010

Soirée à l’initiative de la Chaire HEC Paris Social Business / Entreprise et Pauvreté, avec le concours de danone.communities, Reporters d'Espoirs et Isiqom et la participation de Be-linked, Libération, ParisTech, SIFE (entre autres)

Rencontre avec Prof M. Yunus, fondateur de la « Banque des Villages »

Muhammad Yunus est un économiste et entrepreneur bangladais connu pour avoir fondé la première institution de microcrédit, la Grameen Bank ; ce qui lui valu le Prix Nobel de la paix en 2006. Il est surnommé le « banquier des pauvres ». (Wikipedia)
 

Première action de la Banque : Le prêt accordé de 27$ à un groupe de 42 familles leur permettant de créer de menus objets à vendre. 
 


3 février 2010 : « A moins de 24h de la soirée "Génération Solidaire: réinventons, entreprenons! ", si l'équipe continue à travailler pour l'événement, le Pr Muhammad Yunus vous attend de pied ferme. Après avoir rencontré hier avec des entrepreneurs du Net et ce matin des entrepreneurs sociaux, il rencontrera demain la jeunesse engagée (ca y est! la salle est complète) issue de diverses formations. »


La « Banque des Villages »

(Wikipedia)

La « Banque des Villages » est une banque spécialisée dans le micro-crédit. Elle a été créée officiellement en 1983 par Muhammad Yunus au Bangladesh. Elle dispose de près de 1400 succursales et travaille dans plus de 50 000 villages. Depuis sa création, elle a déboursé 4,69 milliards de dollars de prêts et affiche des taux de remboursement de près de 99 %.
L'organisation et son fondateur ont été récompensé du Prix Nobel de la paix en 2006. Ole Danbolt Mjoes (président du comité Nobel) a dit qu'« Une paix durable ne peut pas être obtenue sans qu’une partie importante de la population trouve les moyens de sortir de la pauvreté » et « le microcrédit est l’un de ces moyens ».



Histoire


Le fondateur de la banque est M.Muhammad Yunus docteur en économie de l'université de Vanderbilt University aux États-Unis. L'idée lui est venue durant une terrible famine au Bangladesh en 1974. Le prêt accordé de 27$ (sans les risques des "prêteurs sur gage") à un groupe de 42 familles leur à permis de créer de menus objets à vendre. Yunus croyait que proposer de tels prêts disponibles à grande échelle pouvait améliorer la condition de pauvreté du monde rural Bengladesh.


La Grameen Bank (littéralement, "Banque des Villages") est née des idées de Muhammad Yunus. La banque commença comme projet de recherche de Yunus associé au "Projets Economiques et Ruraux" de l'université du Bangladesh de Chittagong, et ce afin de tester sa méthode de crédit et de services bancaires proposés aux zone rurales pauvres. En 1976, le village de Jobra et d'autres villages avoisinants l'université de Chittagong furent les premiers à profiter des services de la Grameen Banque. La banque fut un immense succès et le projet, avec l'aide du gouvernement fut étendu en 1979 au district de Tangail. (au nord de la capitale Dhaka). Le succès de la banque continua et se répandit à d'autres districts du Bangladesh, en 1983 elle fut transformée en banque indépendante par le gouvernement du Bangladesh.


La banque continue aujourd'hui de s'accroître à travers le pays, et continue de proposer de petits prêts aux pauvres des zones rurales. Mi-2006, la banque a plus de 2100 agences. Son succès à inspiré des projets similaires à travers le monde.